• Contre courant

Si les membres de l’équipe de France senior étaient… des joueurs de l’équipe de France de football

Mis à jour : 25 mai 2019

Ils sont onze… onze kayakistes et céistes à constituer l’équipe de France senior 2019 de slalom. Les espoirs internationaux de la France reposent sur leurs épaules et ils auront l’honneur mais aussi la lourde tâche de défendre les couleurs tricolores aux championnats d’Europe à Pau et aux championnats du Monde à Seu d’Urgell. Onze c’est également le nombre de joueurs d’une équipe de football, le sport qui occupe la majeure partie de la sphère médiatique sportive. Si les deux sports sont incomparables, nos bleus à nous feraient bien de s’inspirer de ceux du ballon rond, champions du monde l’été dernier. Et comme dans chaque équipe, on retrouve des profils et des qualités bien différentes d’un sportif à l’autre. Contre-courant s’est demandé quelles pourraient être les correspondances entre les stars du foot et les champions de la pagaie.



Il y à un an pile, avant le début des championnats d'Europe 2018.


Marie Zélia Lafont serait… Hugo Lloris

Nés à deux semaines d’écart, ces deux sportifs sont des piliers de l’équipe de France. Naturellement, ils ont suivi le même parcours : sélectionnés en équipe de France U18 en 2003, ils ont ensuite fait leurs classes dans les différentes catégories d’âge avant de découvrir l’équipe de France chez les grands. 2013 est l’année de l’envol pour ces deux là : Alors qu’Hugo quitte la France pour s’installer au club de Tottenham en Angleterre, « MZ » découvre l’équipe de France senior et prend la 6ème place des championnats du monde senior à Prague ainsi que la victoire par équipe aux championnats d’Europe à Cracovie. Alors qu’on imagine ces sportifs tutoyer les sommets en 2016, ils rencontrent tout deux une cruelle désillusion : Lloris échoue en finale de l’Euro après un magnifique parcours alors que Marie-Zélia ne parvient pas à exprimer son meilleur potentiel aux JO de Rio après avoir pourtant remporté les terribles piges olympiques. Qu’importe, ils iront tous les deux se consoler en devenant champion du monde en 2018, l’un avec l’équipe de France de foot, l’autre avec l’équipe kayak dame. Pour finir, malgré leur discrétion, ils font maintenant tout deux partie des meubles de l’équipe de France.


Quentin Burgi serait… Benjamin Pavard

L’un est blond, l’autre est brun mais il partagent déjà une belle chevelure bouclée et un visage enfantin. L’un comme l’autre ont découvert l’équipe de France depuis peu mais sont déjà capables de belles fulgurances. En effet, sur une manche, Quentin peut laisser incrédule tout un public en effectuant un chrono stratosphérique. Un peu à la manière de Pavard lorsqu’il décide d’envoyer une énorme reprise de volée dans les filets argentins en quart de finale de la coupe du monde.

Ils sont similaires dans cette impression étrange qu’ils laissent aux spectateurs : celle d’un jeune garçon dont personne n’imaginerait les qualités sportives hors du commun si on le croisait dans la rue. Ainsi, Pavard ne rentre pas dans l’image classique que l’on se fait d’un footballeur professionnel tout comme Quentin et son petit gabarit ne laisse pas présager une telle capacité à dominer ses adversaires sur l’eau. Et puis si vous avez besoin d’une ressemblance supplémentaire : entre Stuttgart, où évolue le latéral droit français, et Sélestat où a été formé Quentin il y a seulement quelques dizaines de kilomètres.



"Vous savez monsieur Estanguet, l'important c'est les 3 points."


Denis Gargaud Chanut serait… Raphaël Varane

Citez moi le pagayeur français en activité au palmarès le plus fourni ? Vous me répondrez unanimement Denis Gargaud, qui est champion olympique, champion du monde, médaillé de bronze aux championnats d’Europe et même vice champion du monde en C2.

Maintenant citez moi le footballeur français en activité au palmarès le plus fourni ? La réponse est également sans équivoque et il s’agit de Raphaël Varane. Sa cheminée est ornée de la coupe du monde, la ligue des champions, le championnat d’Espagne et même le championnat du monde des clubs. Ces deux là ont tout simplement fini le jeu mais ils ont encore faim. Logique qu’ils soient les premiers noms couchés sur la feuille de match. Si Denis Gargaud était déjà présélectionné pour cette saison 2019, il est évident que Didier Deschamps n’hésite pas une seconde avant de cocher le nom du défenseur central madrilène. Ils sont tous les deux devenus incontournables au fil des années, et leur leadership est salué au sein de l’équipe.


Lucie Prioux serait… Samuel Umtiti

C’est évident que la ressemblance ne saute pas aux yeux au premier abord mais si on se penche sur les parcours respectifs de ces deux sportifs, ils possèdent de fortes similarités. Par exemple, l’année de 2012-2013 est celle de leurs éclosions respectives. « Big Sam » prend de l’ampleur au sein de l’olympique lyonnais et participe à 26 matchs de ligue 1 et à 7 matchs européens. Pendant ce temps là, la pagayeuse d’Uzerche effectue ses débuts en nationale 1 et devient vice championne de France cadette. Mais, comme le footballeur lyonnais, elle découvre également cette année là les compétitions internationales et prend la 5ème place aux championnats d’Europe. 2014 sera l’année de leur explosion au plus haut niveau : Lucie devient championne du monde junior et Samuel Umtiti s’impose comme titulaire dans la capitale rhodanienne. Enfin, et pour terminer cette comparaison chronologique, 2017 marque pour eux l’année de leur envol international. Pour la première fois Lucie se sélectionne en équipe de France et Umtiti quitte le cocon lyonnais lors d’un transfert vers le célèbre et prestigieux club du Barça ! Leur grande polyvalence constitue également une ressemblance frappante. Ainsi, Lucie est également compétitive en kayak, discipline dans laquelle elle a débuté. Le footballeur est quant à lui capable d’occuper de nombreux postes sur le terrain. Évoluant principalement en défense centrale il peut aussi bien jouer au poste de latéral. Pour finir, une des grandes forces de ces deux athlètes est la force qu’ils dégagent dans leurs disciplines. En effet, il est difficile de bouger physiquement le défenseur tout comme la céiste est capable d’avoir des appuis très puissants pour faire avancer son embarcation. Prioux-Gargaud voila une solide charnière centrale...


Les bleus au pays du football !


Mathurin Madoré serait… Lucas Hernandez

Ces deux sportifs nés en 1996 partagent déjà un premier point commun : être devenu professionnel d’un sport que pratiquait déjà leur père. Par ailleurs, l’un comme l’autre ont d’abord profité d’un contexte favorable pour découvrir l’équipe de France avant de s’imposer plus nettement par la suite. Mathurin s’est sélectionné lors des piges 2018 quelque peu chaotiques chez les K1H pour ensuite confirmer avec la manière en 2019. Quant à Lucas Hernandez, il a fait son trou au poste de latéral gauche en profitant de la fin de carrière de Patrice Evra et des blessures de Benjamin Mendy avant de s’imposer définitivement grâce à ses superbes performances lors du mondial 2018. On sait bien qu’ils ne sont pas forcément les pièces maîtresses du collectif, mais ils ont mérité leur place grâce à une belle régularité. De plus, s’ils sont capables sur un ou deux gestes techniques d’enrhumer leurs adversaires, les deux athlètes se distinguent surtout par un coffre physique impressionnant qui leur permet d’avoir une grosse activité sur leurs terrains de jeu respectifs. Ils ne comptent pas leurs efforts et c'est bien cette abnégation qui les a portés jusqu'ici !

Martin Thomas serait… Paul Pogba

Le pagayeur de Jarnac et le footballeur de Manchester maîtrisent leur art mieux que personne et c’est ce qui saute aux yeux lorsqu’on les observe jouer avec le ballon ou avec les mouvements d’eau d’une rivière. Toujours justes techniquement, ils peuvent s’appuyer sur une palette d’habiletés très large. Lorsque Martin est toujours bien placé et équilibré au sein des mouvements d’eau, « La Pioche » est un vrai couteau suisse capable d’effectuer n’importe quel geste technique défensif ou offensif. De plus ils partagent une caractéristique qui les rend assez rares et qui représente un atout redoutable face à leurs adversaires. S’ils comptent tous deux sur un « côté fort », le bordé gauche pour Martin et le pied droit pour Pogba, ils ont tellement travaillé techniquement que leur côté opposé est devenu une arme quasiment aussi efficace. Ainsi lorsqu’ils se retrouvent confrontés à une situation compliquée, pas la peine de s’inquiéter pour eux, ils sont capables de s’adapter et de faire leur travail en utilisant leur « coté faible ». Un but du gauche ou un magnifique stop en bordé droit et la concurrence finit dans le rétroviseur…



Quand t'envoies un missile en pleine lucarne...


Camille Prigent serait… N’golo Kanté

Un petit gabarit qui ne laisse pas présager une telle énergie. Voilà une définition qui colle aussi bien à Camille Prigent qu’à N’Golo Kanté. Ces deux infatigables sportifs ne sont surement pas les premiers que l’on remarque sur les bassins ou sur les terrains de foot mais à l’heure de faire les comptes, peu sont capables de tutoyer les sommets comme ils le font. Sans faire de bruit, ils en imposent par leur régularité, qui leur a permise de se révéler incontournable en équipe de France au fil des années. Toujours en progression, ils ont franchi les étapes les unes après les autres. Des équipes jeunes à l’élite mondiale pour Camille. De la ligue 2 a la coupe du Monde pour Kanté. De plus, s’ils ne possèdent pas les styles techniques les plus impressionnants, cela se révèle être d’une efficacité diabolique. Pas de gri-gri inutile pour Kanté et pas de perte d’énergie inefficace pour Camille, tout ce qu’il font est au service de la performance et vous pouvez être sûr qu’on pourra compter sur eux dans les moments chauds ! Par ailleurs, ils partagent un autre trait de caractère. Malgré un palmarès qui commence à bien s’étoffer, ils restent humbles et simples dans leur manière de faire et toujours avec le sourire.


Cedric Joly serait… Kylian Mbappé

Une ascension fulgurante ponctuée de nombreux titres : c’est le chemin emprunté aussi bien par Cédric Joly que par Kylian Mbappé. Depuis leur adolescence, ils ne cessent d’affoler les compteurs. Double champion du monde à seulement 18 ans, le Brétilien n’a rien à envier au temps de passage du joueur parisien. Au même âge, le footballeur est champion de France avec Monaco et demi-finaliste de la ligue des champions. Si le qualificatif « génie » leur est souvent accolé, ils savent bien que le talent ne suffit pas, et c’est bel et bien le travail quotidien qui leur a permis de transformer l’essai en confirmant chez les grands. Pour Kylian c’est une signature au PSG, une ribambelle de buts en ligue des champions et surtout un titre de champion du Monde. Pour Cédric c’est des médailles dans la catégorie U23, une double sélection en équipe de France sénior et une 9ème place au classement coupe du monde 2018. Oui mais voila, c’est le lot des grands champions, on en attend toujours plus d’eux car tout le monde les imaginent incarner l’avenir de l’équipe de France en étant de véritables leaders. A eux de prouver au monde entier qu’ils ont la carrure pour tenir ce rôle dans la durée.


L'équipe kayak dame qui ramène la coupe à la maison !

Boris Neveu serait… Antoine Griezmann

Si je vous parle d’un sportif qui s’est révélé aux portes des Pyrénées coté espagnol avant de confirmer au plus haut niveau et de s’imposer comme un leader de l’équipe de France pour de nombreuses années au point de devenir champion du monde à l’approche de la trentaine. Vous me répondrez… Boris Neveu ? Antoine Griezmann ? A vrai dire, les deux réponses sont justes. Le kayakiste explose lors de la saison 2009 : pour sa deuxième sélection en équipe de France senior, il devient vice champion d’Europe et vice champion du monde senior. Pour le footballeur, c’est au club de San Sebastian qu’il se révèle au début des années 2010. Et alors que Boris poursuit sur sa lancée en s’installant parmi les meilleurs mondiaux, Griezmann fait de même en confirmant saison après saison qu’il a sa place au sein du gratin mondial. De plus, ils se différencient des autres joueurs par un style sans fioriture et toujours efficace. Avec eux, les gestes techniques sont toujours au service de la performance. Cette efficacité leur permet de se montrer toujours à la hauteur des évènements et de ne quasiment jamais décevoir. Tout deux devenus des piliers de l’équipe de France, ils échouent pourtant à franchir la dernière marche qui les séparent de leurs rêves alors qu’ils sont au sommet de leur art. Deux défaites en finales de compétition majeures pour « Grizou » (La ligue des champions et l’euro 2016). Et deux qualifications olympiques manquées sur le fil pour « Bobo » en 2012 et 2016. Cependant le joueur de l’Atletico à réussi a conjurer le sort en guidant les bleus vers le sacre de la coupe du monde 2018. Si on poursuit la comparaison, le Pyrénéen devrait donc l’imiter à Tokyo…


Lucie Baudu serait… Blaise Matuidi

Blaise Matuidi c’est avant tout une omniprésence sur le terrain. L’infatigable milieu de terrain se caractérise par une grosse activité qui a fait de lui un incontournable. Il a une telle influence sur le jeu de son équipe qu’on à parfois l’impression qu’ils sont deux Matuidi sur le terrain. Un peu comme Lucie Baudu, qui depuis quelques années, fait partie des équipes de France dans 2 catégories différentes. Pour la seconde année consécutive, elle s’élancera dans cette saison internationale aussi bien en canoë qu’en kayak. Comme son compatriote footballeur, elle doit donc enchaîner les efforts pour effectuer deux fois plus de manches que les autres. Ces deux-là partagent un autre point commun, celui d’être devenu champion du monde pour la première fois en 2018. Pour Blaise c’était en Russie avec les bleus du ballon rond et pour Lucie c’était au Brésil en compagnie de Marie Zélia Lafont et de Camille Prigent lors de l’épreuve K1D par équipe. Une autre caractéristique les rassemblent : après avoir accompli leur formation dans un club de province en périphérie parisienne, ils viennent se perfectionner dans une structure « intermédiaire » avant d’exploser dans la capitale française de leurs sports respectifs. Ainsi Lucie a débuté à Orléans puis à rejoint le Pôle France de Cesson Sévigné où elle a glané ses premières sélections jeunes avant de poser ses valises au pôle élite de Pau où elle est devenue une des leaders féminines en France. Quant à Blaise Matuidi il à fait sa formation à Troyes. Il a ensuite rejoint le club de Saint Étienne où il s’est révélé avant d’exploser au PSG et de s’affirmer comme un des meilleurs joueurs français grâce à sa régularité. Les deux sportifs ne portent pas le brassard pourtant ils sont parfois les capitaines implicites de leurs équipes.


Claire Jacquet serait… Olivier Giroud

Ce ne sont peut être pas les pièces les plus clinquantes de l’équipe, mais ils sont devenus incontournables au point de faire partie des meubles de la délégation tricolore. Ayant fait tout les deux leurs débuts en équipe de France senior en 2011, ils ont depuis empilé un sacré nombre de sélections. Pour Claire cela sera la septième fois cette année quand Giroud a disputé pas moins de 89 matchs pour défendre les couleurs tricolores. Pourtant, ils sont parfois critiqués par une partie du public, que cela soit pour la faiblesse présumée de la catégorie canoë dame ou pour l’éternel débat sur le niveau du footballeur. Néanmoins, ils continuent à travailler sans se soucier de cela pour progresser saison après saison et faire leur petit bonhomme de chemin. Une abnégation qui les a menés assez haut dans la hiérarchie mondiale ou nationale. Ainsi Claire Jacquet s’est hissée à la 12ème place du classement mondial alors que Giroud est lui devenu le 2ème meilleur buteur bleu de tous les temps. Voila ce qui fait l’essence de ces deux sportifs : une reconnaissance qui n’est surement pas à la hauteur de ce qu’ils accomplissent…



Il fait un beau porte drapeau Quentin Burgi, non ?

632 vues
A propos

Né en 2019 de la passion d'un sport, contre courant est le fruit de réflexions, d'analyses et de questionnements.

Un contenu sérieux, précis et décalé sur l'actualité du kayak slalom français et international.

 

En savoir plus

 

  • White Facebook Icon