• Contre courant

Jour de course #4 - Nationale 1 Cergy-Pontoise

Mis à jour : 28 mars 2019


Trois semaines après Orthez, les sportifs de nationale 1 faisaient leur grand retour à Cergy-Pontoise en Île de France pour une dernière grande répétition avant les fameuses « piges » qui débuteront fin avril à Seu d’Urgell (Espagne). Les derniers tickets permettant d’accéder aux championnats de France élite se jouaient d’ailleurs lors de ce week end de compétition. Certains gros poissons de la N1, absents à Orthez, ont profité de la compétition pour retrouver le chemin des podiums mais les leaders ont globalement eu du mal à être régulier durant tout le week-end.


Nicolas Gestin, le petit génie breton de la pagaie simple.


La performance du week end


Marjorie Delassus

L’ainée de la fratrie Delassus, qui fêtait ses 21 ans hier, avait du feu dans les bras ce week-end, autant en pagaie simple que double. À Orthez, seulement quelques jours après son retour d’Australie, elle avait eu du mal à être performante, malgré un podium en canoë et une certaine régularité. 3 semaines plus tard, elle a mis tout le monde d’accord : que cela soit en kayak ou en canoë, elle a livré des manches de haute-volée tout au long du week-end. La jeune paloise a commencé par remporter les 2 manches de qualifications de samedi matin (C1D & K1D). Cette suprématie, comme un message adressé à la concurrence, à donné le ton du week end. Cependant, lors des finales de l’après midi, elle marque le pas à cause de 50 secondes de pénalité en kayak, qui la prive de la seconde place mais elle se console avec la médaille de bronze en canoë malgré 12 secondes de pénalités ! Convaincue de sa vitesse, elle ne laissera aucune miette à la concurrence le lendemain. Respectivement 2ème et 3ème des qualifications en kayak et en canoë, elle remportera les deux finales de l’après midi ! Au final, elle conclut le week end avec 3 médailles (deux en or, une en bronze) sur 4 possibles et figure dans les 3 premières places du classement à 7 reprises sur 8 manches (qualifications et finales confondues) ! Impressionnant, et de bon augure pour les sélections qui approchent à grand pas !





La rookie du week end


Emma Vuitton

Comment passer à côté de l’éclosion d’Emma Vuitton au plus haut niveau ? L’an passé, à seulement 14 ans, elle était la cadette des équipes de France et avait ponctué sa saison d’une magnifique 7ème place aux championnats du monde Junior à Ivrea (Italie). Cette année, c’est la seule cadette, hommes et dames confondues, à courir au plus haut échelon national et elle y figure aussi bien en canoë qu’en kayak. Ce week-end, elle s’est offert le luxe de se sélectionner pour deux finales : en C1 le samedi et en K1 le dimanche. Auteure de performance en demi-teinte samedi dans sa discipline de prédilection, le kayak, elle intègre tout de même la finale en canoë et prend la 9ème place finale. Le dimanche, elle décide de se concentrer sur le kayak, et ce choix s’avère payant puisqu’après sa 9ème place en qualification, elle finit 4ème de la finale à moins d’une seconde du podium. Déjà 4ème lors des courses nationale 1 de Foix et de Yenne l’an dernier, Emma ne devrait pas tarder à pointer le bout de son nez sur les podiums. Car même si elle semble aimer ça, elle ne se contentera pas bien longtemps de ces médailles en chocolat…



“Cette année, c’est la seule cadette, hommes et dames confondues, à courir au plus haut échelon national. Ce week-end, elle s’est offert le luxe de se sélectionner pour deux finales“

`


La question de la semaine


La vérité de mars à Cergy est-elle celle de mai à Pau ?

Maintenant que la deuxième N1 de l’année est passée, tout le monde n’a plus que ça à la bouche : « les piges ». Cette étape incontournable de la saison est un véritable point de bascule entre la préparation hivernale et la saison internationale. L’objectif principal de tous ces sportifs de N1 approche à grand pas et chacun va y vivre des émotions fortes, qu’elles soient positives ou négatives. En effet, d’ici 1 mois, le microcosme du kayak français s’éclatera en 2 catégories : ceux qui auront la chance d’aller défendre les couleurs de la France lors de la saison 2019 et ceux qui devront se contenter du reste : des courses internationales de second rang, le circuit N1 mais aussi et surtout de la remise en question et du travail pour revenir défendre ses chances un an plus tard. Si l’on peut se perdre en de hasardeux pronostics, on peut aussi se demander s’il y a une corrélation entre les résultats de cette dernière N1 et ceux des piges dans quelques semaines ? L’an dernier offre un joli point de comparaison puisque la N1 de mars avait également lieu à Cergy Pontoise. Si on peut constater que les leaders avait déjà tendance à se retrouver aux avants postes lors de cette compétition, il est intéressant de noter qu’ils sont en général loin d’être impériaux. Par exemple, Boris Neveu qui a survolé les sélections K1H en mai 2018, avait remporté une course mais s’était également retrouvé 6ème à 4 secondes de la victoire le lendemain. Même constat pour Denis Gargaud qui était victorieux le dimanche mais avait seulement pris la 7ème place le samedi, loin derrière Kilian Foulon, déjà vainqueur à Cergy l’an dernier. Si on s’attarde sur les résultats, seulement deux sélectionnés en Equipe de France Senior un mois plus tard avait réussi à monter sur les deux podiums du week-end, il s’agissait de Claire Jacquet en canoë et Camille Prigent en kayak.Ainsi, si cette dernière course permet de découvrir qui sont les athlètes en forme du moment, il est difficile de dégager des tendances nettes entre les résultats de ce week end et ce qui se passera dans un peu plus d’un mois. L’exemple du céiste Cédric Joly est saisissant : 18ème et 44ème l’an dernier lors de la N1 pré-piges, il se montrera renversant un mois plus tard lors des piges pour aller chercher sa première sélection sénior.



L’invité surprise du week end


Un drone

Voilà une image qu’on n’a pas l’habitude de voir : Lorsque Nathan Hossin, le céiste charentais, s’élance pour sa finale du dimanche, il ne s’attend surement pas à vivre ça. Dès la porte 4, un objet volant non identifié vient frôler la pointe arrière de son bateau et perturber l’avancement de son embarcation. Il ne soupçonne surement pas ce qui se trame au dessus de lui à ce moment la. En effet, un drone vidéo qui vole au dessus du bassin vient de se prendre les ailes dans les câbles permettant de suspendre les portes du parcours. L’engin devient fou, s’emballe, fait bouger la porte 4, et finit sa course insensée et délirante dans l’eau, à quelques centimètres du dossard 42, Nathan Hossin. Le jeune pagayeur ne se laisse pas perturber et continue sa manche coûte que coûte. Il sera autorisé à recourir sa manche à nouveau pour s’être fait gêner de la sorte.






La décla’ du week end


Malo Quemeneur

« Je suis dans continuité des deux premières manches de la coupe de France de slalom que j’avais remporté à Orthez, il y a trois semaines, cela me met en confiance et valide le travail réalisé ce début de saison. Mon prochain objectif sera la Pyrénées Cup, à Pau, dans trois semaines, course internationale officielle, puis, le championnat de France Elite dans cinq semaines à Pau et Séo où j‘espère bien décrocher la sélection pour les mondiaux senior et moins de 23 ans » (Le Télégramme du 25/03/2019)


Comment contredire Malo Quemeneur lorsqu’il clame haut et fort ses ambitions ? Déjà vainqueur des deux premières manches de N1 à Orthez, le briochin à encore impressionné ce week end à Cergy. Auteur d’un temps canon samedi en finale, 50 secondes de pénalité le privent de la victoire. Mais dès le lendemain, il a remis les pendules à l’heure en remportant la course avec 2’’27 d’avance sur son dauphin suisse, Martin Dougoud.



“ Déjà vainqueur des deux premières manches de N1 à Orthez, le briochin à encore impressionné ce week end à Cergy “

`


Le fail du week end


Laurène Roisin

Avec deux finales en deux jours, la junior Laurène Roisin aurait pu être la rookie du week end. C’est pourtant dans une autre rubrique qu’elle va figurer grâce à une acrobatie inhabituelle. Après avoir réalisé 3 bonnes manches, elle s'élance lors de la finale du dimanche avec le plein de confiance. Peut être un peu trop car en donnant ses premiers coups de pagaie, elle réalise alors une « béquille » en bloquant sa pagaie contre son bateau. Elle se fait directement sanctionner par cette faute technique en se retournant alors qu’elle venait à peine de franchir la ligne de départ. C’est peu commun de voir un pagayeur démarrer une manche à l’envers alors on ne voulait pas que vous manquiez cela :






Les marathoniens de la N1


Certains athlètes en nationale 1 font le choix de courir dans différentes embarcations. Quand on connait la difficulté pour accéder à la nationale 1 et y être compétitif, on ne peut qu'être impressionné par cette polyvalence. Pour les féliciter, nous dresserons, tout au long de la saison, le podium des pagayeurs ayant passé le plus de temps sur l'eau en cumulé. A l'issue du premier week end de compétition, Angèle Hug, médaillée dans 3 catégories différentes s'envole déjà en tête du classement avec plus de 24 minutes passées entre la cellule de départ et celle d'arrivée !


1) Angèle Hug (K1D, C1D & C2M) - 42’9’’48

2) Julia Budzinski (C1D & C2M) - 39’18’’22

3) Charline Berger Martin (K1D & C1D) - 37’27’’87



Le point sélection


Comme expliqué précédemment, certains sportifs jouaient lors de ces deux premiers week-end de N1 (Orthez & Cergy-Pontoise) leur sélections aux championnats de France élite. En effet si les meilleurs bateaux français étaient déjà sélectionnés, les autres devaient figurer parmi les meilleures embarcations de leur catégorie respective sur les 4 premières manches avec un joker par personne. De plus, un minimum de 3 bateaux U23 devaient figurer dans ces quotas. En conservant les 3 meilleurs résultats par personne, les sportifs sélectionnés devraient être les suivants:


Kayak dame

Flora Huvelin, Coline Charel, Joey Bercon, Mylène Ferry & Viviana Daille

Kayak homme

Paul Cornut-Chauvinc, Ludovic Di Nisi, Pierre Louis Seaussereau, Loic Bertoia & Hugo Regnier

Canoë dame

Tifenn Primet & Léa Grison

Canoë homme

Thibault Blaise, Nicolas Scianimanico, Hugo Latimier, Johann Pucheou & Anthony Roux



La stat' du week-end


4

Comme le nombre de vainqueures différentes dans la catégorie canoë dame depuis le début de la saison. Ainsi, lors des 4 premières manche de la coupe de France (2 à Orthez et 2 ce week end à Cergy), c’est à chaque fois une céiste différente qui s’est imposé. Ce week-end, Janssen samedi & Delassus dimanche ont succédé à Bregazzi et Hug qui s’étaient imposées à Orthez. Il s’agit de la seule catégorie où personne n’a réussi à s’imposer deux fois depuis le début de la saison. C’est une spécifié remarquable puisque par ailleurs M.Z Lafont (K1D) , M.Quemeneur (K1H) & K.Foulon (C1H) sont parvenus à monter sur la plus haute marche du podium à plusieurs reprises. Les mauvaises langues diront que les leaders de cette catégorie manquent encore de régularité pour s’imposer régulièrement mais la vérité est que la catégorie est en train de se densifier et que les courses sont de plus en plus disputées.



Le challenge "Monsieur Propre"


Tout au long de la saison , nous dresserons le classement des pagayeurs réalisant le plus grand pourcentage de manches sans aucune pénalité. Les conditions pour y figurer sont d'avoir effectué au moins un week-end de compétition sur deux. En cas d'égalité, le départage se fera dans un premier temps au nombre de manches réalisées. Si l'égalité persiste, nous départagerons au nombre de pénalités totales de chaque pagayeur sur la saison.

1) M. Quemeneur (K1H) - 87,5% (7 manches sur 8 sans pénalités) - pénalités = 50

2) P. Oulhen (K1H) & N. Perreau (K1H) - 75% (6/8) - pénalités = 6

3) T. Rosset (K1H) & M. Dougoud (K1H) - 75% (3/4) - pénalités = 2

5) A. Bobon (C1H) & C.Chassigneux (C1H) - 75% (3/4) - pénalités = 4

7) A. Delassus (K1H) - 62,5% (5/8) - pénalités = 12

8) P. Grapotte (K1H) - 62,5% (5/8) - pénalités = 54

9) T. Bersinger (K1H) - 62,5% (5/8) - pénalités = 106

10) T. Devisgnes (K1H) - 62,5 (5/8) - pénalités = 108



La photo du week end



Martin Dougoud serre au plus près les piquets. Le suisse est venu faire la loi en terre française : c'est le seul K1H à être resté dans les 3 premières places tout au long du week-end !


Et sinon...


- Nous parlions il y a quelques semaines de la capacité de Malo Quemeneur a remporter toutes les finales auxquelles il participait. C’est finalement Simon Hene qui a mis fin à cette série en remportant la course de samedi alors que Malo prenait la 10ème place de la finale. Par la même occasion, l’Alsacien s’est offert son premier sacre en nationale 1. Dépucelage.


- Aucun sportif n’a réussi à figurer sur les 4 premiers podiums de la saison d’une même catégorie ! Cependant ils sont 3 athlètes à être montés à 3 reprises sur la boîte sur les 4 podiums. Il s’agit de Ella Bregazzi (C1D), Margaux Henri (C1D) et Malo Quemeneur (K1H). Régularité.


- L’équipe C1H junior cuvée 2018 était en forme ce week end. Alexis Bobon, Nicolas Gestin et Jules Bernardet ont animé le week end chez les C1H. On savait qu’il faudrait compter sur cette génération dans les années à venir étant donné leurs belles performances de l’été dernier mais on ne les attendait peut être pas aussi vite aussi haut. Si Jules nous en a mis plein la vue en remportant la qualification de dimanche malgré une pénalité de 2 secondes, c’est surtout ses deux collègues qui ont fait forte impression : Excepté la finale de dimanche ou ils finissent 6ème et 7ème, Alexis et Nicolas ont systématiquement été sur le podium ensemble. Le grand cru canoë homme 2000 à l’air de bien vieillir ! Equipe.


- Contrairement à ce que l’on pourrait croire, samedi, la finale des canoës dames a été la plus serrée. Avec seulement 3’’22 entre la 1ère et la 6ème, les écarts se resserrent au sein de cette catégorie. Concurrence.


- 7 secondes ! C’est ce qui séparait Lucie Baudu, victorieuse samedi, de sa dauphine Romane Prigent. Un écart considérable et impressionnant qui confirme que la sociétaire du club de Saran en a sous le capot. Fossé.


- Camille Prigent qui était absente à Orthez mais qui avait réalisé des très belles courses en Février en Australie à connu un retour mitigé. En effet, elle à écopé à deux reprises de 50 secondes de pénalités, lors des qualifications de samedi et lors de la finale de dimanche. La bretonne, pourtant réputée pour sa régularité a néanmoins remporté la finale B samedi et les qualifications dimanche. Inattendu.


- 0 ! Comme le nombre de nouveaux podiums lors de ce week end de compétition. En effet, tout les sportifs médaillés à Cergy-Pontoise, l’avaient déjà été auparavant en nationale 1. Expérience.


- Ella Bregazzi (C1D), Kilian Foulon (C1H), Carole Bouzidi (K1D) & Malo Quemeneur (K1H) : ces 4 athlètes sont en tête de leur catégorie du classement provisoire de la coupe de France 2019. Leaders.


- 12,9% ! C’est le pourcentage de manche sans pénalités lors de la qualification samedi matin. Ainsi, ils étaient seulement 20 sur les 154 compétiteurs à avoir effectué des courses vierges de toutes pénalités. Grossier.


- Pour finir, un point sur les juniors de la N1 : On a pu observé 6 filles dans les grandes finales lors du week end (E. Vuitton deux fois, L.Roisin deux fois, E.Pietracha & D.Delassus) mais le constat n’est pas le même chez les garçons avec seulement un junior qui à réussi à intégrer une finale (Y.Senechault). Apprentissage.


Les liens pour les résultats complets

Samedi : http://www.ffcanoe.asso.fr/eau_vive/slalom/classement/courses/voir/20118821

Dimanche : http://www.ffcanoe.asso.fr/eau_vive/slalom/classement/courses/voir/20118823

A propos

Né en 2019 de la passion d'un sport, contre courant est le fruit de réflexions, d'analyses et de questionnements.

Un contenu sérieux, précis et décalé sur l'actualité du kayak slalom français et international.

 

En savoir plus

 

  • White Facebook Icon